skip to Main Content

Assemblée annuelle

La Société d’Étude et de Conférences a commencé ses activités 2018-2019 par la tenue de son assemblée annuelle. Cette rencontre s’est tenue à l’Hôtel Montfort, à Nicolet le 13 septembre dernier.  22 membres étaient présentes à cette assemblée.

La présidente, Mme Monique Jacob a fait le résumé des activités de la Société tenues au cours de cette année soulignant le 50e anniversaire de notre affiliation au mouvement provincial. Réception au Salon du Maire et signature du livre d’or de la Ville; rédaction de l’histoire de notre Société par M. David Ferron, achat d’une œuvre d’art signée Mme Romane Kemp léguée à la Ville, création de notre site web. Au 31 août, notre site avait été consulté 10 296 fois par 5 278 personnes différentes. Elle a souligné nos divers partenariats : OSTR et les conférences musicales, différentes des entrevues d’avant concerts : elles sont des occasions de s’ouvrir à la culture musicale ou l’approfondir et une éventuelle possibilité de transport en commun si un nombre suffisant de membres et non membres de la Rive Sud le justifiait ; réseau In-Terre-Actif, section jeunesse du Comité Solidarité Trois-Rivières : concours Lettre d’opinion,  outil citoyen; préparation à l’examen de français écrit de 5e secondaire et la participation à ce concours des élèves des commissions scolaires  Chemin du Roy et la Riveraine; conférence dans le cadre du Salon du Livre de Trois-Rivières; autres conférences; la tenue de la 4e édition du nouveau concours littéraire Thérèse-D.-Denoncourt : près de 60 textes reçus dont un de la Norvège! (auteur natif d’une de nos régions rendu en ce pays pour son travail… appartenance). Robert Parenteau a souligné que la raison de ce site état de faire connaitre notre Société, ses activités ouvertes au grand public de même que les activités de chacun des cercles et peut-être susciter l’adhésion de nouveaux membres; d’où sa demande de lui faire parvenir compte-rendu et photos des activités tenues par chacun des cercles.  Quant aux messages s’adressant aux membres, ceux-ci ne sont pas sur le site mais bien reçus dans la boite de messagerie personnelle comme tout autre message. Ce dernier a ensuite présenté les états financiers terminés au 31 mars dernier vérifiés par Mmes Lise Roy et Monique Roy Fréchette. Puis, chacune des présidentes des cercles ont fait part des activités propres à chacun d’eux : Jeanne L’Archevêque-Duguay, Rina Lasnier et Gouin.  Un magnifique Reflets, souvenir de cette année toute spéciale a été remis à chacune des membres présentes, souvenir rédigé et conçu par Mme Françoise Lebrun. Merci beaucoup, Mme Lebrun.

L’assemblée fut suivie du dîner pris en commun au restaurant de l’Hôtel : O Réfectoire. Après ce repas, la journée s’est terminée par la conférence de Mme Suzanne Rousseau : En-quête de sens.

Conférence

La Société a reçu la conférencière Mme Suzanne Rousseau lors de son assemblée annuelle.  La conférence a porté sur la dynamique spirituelle contemporaine, les nouveaux visages de la spiritualité, s’inspirant  de son dernier ouvrage :  En-Quête de sens, Guide de la dynamique spirituelle contemporaine, paru en avril 2018. Un bouquin permettant à toute personne de saisir comment son interprétation de l’existence et les sens qu’elle donne à la vie sont le reflet de son actuelle dynamique spirituelle.

Depuis la révolution tranquille, la religion a connu une remise en question et une baisse importante de la pratique religieuse. L’être humain n’est pas moins spirituel pour autant, car avouons-le, tout comme le croyant pratiquant ou non sa religion, l’athée ou l’agnostique sont des êtres spirituels, croyant… à rien.  Pourtant, s’émerveiller de l’éclosion d’une fleur, de la majesté d’un lever ou d’un coucher de soleil, s’étonner de la mécanique sidérale, …  ce sont des hommages, même inconscients,  rendus à une  Entité supra-humaine.

Voilà pourquoi il est pertinent de connaître les distinctions entre le spirituel, le religieux et le confessionnel (la religion) ainsi que de saisir où et comment les croyances se sont déplacées. Alors que jeunes, nous faisions appel à la Providence, maintenant on fait appel à son karma personnel. Même démarche, même sens, « athéisés ».

La dynamique spirituelle s’exprime entre autres à travers les sens à la vie et surtout à la mort. Selon ethnologues et anthropologues, même les religions ou cultures qualifiées de primitives passées ou actuelles ont un sens sacré de la mort; les défunts devenant protecteurs de la famille, du clan, de la tribu, On peut déployer cette dynamique en six grandes étapes et cinq transitions vécues au sein des sentiers traditionnels d’une religion ou non.

Détentrice d’un doctorat en théologie et d’une maitrise en éducation, Mme Rousseau a œuvré auprès des jeunes en tant qu’enseignante et animatrice de pastorale avant d’être professeure au Département de théologie à l’UQTR.

Back To Top