skip to Main Content

Série Conférences musicales - Saison 2020

Bien différentes des causeries d’avant concert, ces conférences sont de véritables explorations dans l’histoire et la culture de la musique : vie du compositeur, son style, sa forme et leurs évolutions, les styles et formes de l’époque, moment de l’œuvre étudiée dans le parcours de ce compositeur, son influence, quelques contemporains. Un enrichissement culturel musical personnel sans aucune obligation d’assistance au concert ou un enrichissement qui nous permet d’apprécier davantage le concert qui suit quelques jours après.

Billet : 19,55 $ (tout inclus)
Membres de la SECMCDQ : 13,80 $ (tout inclus)
Abonnement aux trois conférences : 43,14 $ (tout inclus)

Tarif préférentiel pour les membres de la Société d’étude et de conférences Mauricie et Centre-du-Québec
Informations :  819 377-3577 ou 819 692-7377
Achat : 819 380-9797 • 1 866 416-9797 • Réseau Ovation

Entre baroque et classique

Pour mieux apprécier le concert Au gré des vents, l’OSTR et la Société d’Étude et de Conférences ont offert une conférence intitulée Entre baroque et classique aux mélomanes désireux d’approfondir leur culture musicale tout autant que leur connaissance des compositeurs et des œuvres du concert. Madeleine Sauriol a présenté le conférencier, M. Benjamin René.1

Ce dernier a présenté très pédagogiquement les quatre œuvres au programme du concert; présentation selon l’ordre chronologique de leur composition. En introduction, il a tenu à distinguer « musique classique » et « période classique » en musique. Lorsqu’on parle de « musique classique », les œuvres peuvent être des périodes du Moyen-¸Âge à la période contemporaine, y compris la période dite classique.

La période baroque suit la période Renaissance et précède la période dite classique. Généralement, on la situe entre 1600 et 1750. À cette époque, les compositeurs se considèrent comme des fabriquants de musique pour leurs commanditaires qui sont les prélats ecclésiastiques, les princes, les villes. C’était leur métier, leur gagne-pain. Ainsi, Jean-Sébastien Bach, à cause de sa fonction de maitre de chapelle, devait écrire une cantate pour chaque dimanche pour l’église de Leipzig.

Avant la période baroque, la musique instrumentale accompagnait, soutenait la musique vocale, musique lyrique. La période baroque a été très féconde dans l’évolution de la musique instrumentale : bases de l’harmonie, évolution de la gamme, modes majeur et mineur, formes musicales, nouveaux instruments. C’est à cette période que naissent l’opéra, l’oratorio,  les concertos grossos et concertos de soliste, la sonate; apparaissent flûte à bec, viole de gambe, théorbe, épinette, clavecin, … Pour ces notions, le conférencier nous fait entendre des extraits des œuvres marquantes de la période de même que du Concerto pour flûte et orchestre en ré mineur  de Carl Philipp Emanuel Bach. Parmi les grands compositeurs de cette période, J.S. Bach, Haendel, Monteverdi, Luly, Vivaldi, Rameau, Couperin, …

On considère que la période classique, en musique, s’étend de la mort de Johann Sebastian Bach (1750) à la naissance de la période romantique (1820) laquelle sera marquée par Wagner. Alors que la période baroque avait été foisonnante en nouveautés et variations, la période classique verra, par opposition, une plus grande rigueur dans les formes musicales, une grande simplicité harmonique et un sens développé de la mélodie, principalement en forme d’opposition. Les formes les plus représentatives de la période seront la sonate, le concerto pour 1, 2 ou 3 instruments et la symphonie, concerto pour plusieurs instruments. L’opéra classique devient plus dramatique et fera la place prépondérante à la musique instrumentale alors que l’opéra baroque faisait la place prépondérante à la virtuosité vocale. De même, on assiste à la classification des voix tant féminines que masculine alors qu’auparavant la partie lyrique était dévolue aux castrats. Les grands commanditaires de moins en moins nombreux, les compositeurs se firent plus connaitre par et pour leur propre talent, par et pour leur propre nom. Extraits divers et de Symphonie no 103 en mi bémol majeur « Roulement de timbales » de Joseph Haydn.  Les grands compositeurs de cette période : Haydn, Mozart, Beethoven, …

Quant aux deux autres œuvres au programme du concert, le conférencier a brièvement parlé de la musique du début du XXe siècle, un retour vers la musique des périodes précédentes, un mouvement nommé néo-classissime. Ainsi, la Symphonie no 1 en ré majeur « Classique » opus 25 de Sergueï Prokofiev est une œuvre dite néo-classique, d’inspiration ou facture classique dans sa composition alors que la suite de ballet Pulcinella d’Igor Stravinski est une œuvre aussi dite néo-classique, mais d’inspiration ou facture baroque dans sa composition.

——————————————————

Note 1

Benjamin René – Bio courte

Benjamin René trouve un vif intérêt à partager son enthousiasme pour les grandes œuvres musicales et artistiques de toutes les époques. C’est principalement à travers l’enseignement de l’histoire de la musique qu’il approfondit cette démarche de vulgarisation, mais aussi lors de conférences dans divers contextes.

Détenteur d’une maîtrise en musicologie de l’Université Laval, il est actuellement professeur de littérature musicale et coordonnateur du département de musique au Cégep de Sainte-Foy, ainsi que chargé de cours à la Faculté de musique de l’Université Laval, en plus d’agir régulièrement comme animateur et conférencier pour plusieurs organismes dont l’Orchestre symphonique de Québec, la Société du Palais Montcalm, l’Ensemble Vent et Percussion de Québec, le Club musical de Québec et différents médias de la région de Québec.

Madeleine Sauriol

Back To Top