skip to Main Content

Infolettre


JUIN

Mois estival, mois festif, mois lumineux, mois odoriférant. Mai s’est terminé alors que jonquilles et tulipes ont rivalisé avec les pissenlits pour fleurir nos pelouses, alors que les fleurs des lilas embaument l’air, alors que la minuscule violette s’est épanouie, tenant compagnie à la menue fleur blanche de la fraise des champs. Juin, c’est le mois du solstice d’été, la journée de la plus longue durée d’ensoleillement de l’année, le jour de l’année où le soleil ne se couche pas dans l’Arctique : il décline, caresse la mer glacée puis remonte. Chez nos ancêtres celtiques, les druides allumaient de grands feux accompagnés d’incantations magiques pour protéger le bétail contre les épidémies. Telle est l’origine de nos grands feux de la St-Jean. Ne serait-ce point le moment d’en allumer contre la pandémie actuelle? Bélénos (le Brillant) et Bélisama (la Très Brillante) nous seraient-ils de quelque aide? C’est aussi le mois du début de ces grandes vacances scolaires, le mois de la fête des pères et cette journée la plus lumineuse de l’année est aussi la fête nationale de toutes les personnes vivant au Québec, notre fête nationale.

Quant aux activités de la Société d’Étude et de Conférences, juin était un moment tout particulier pour le concours littéraire. C’était le moment de publiciser les textes gagnants du concours de l’année précédente à la librairie Poirier de Trois-Rivières. Lecture publique par les auteurs eux-mêmes et leur publication dans le bulletin Reflets littéraires. À noter dans votre agenda 2021.

Robert Parenteau

Back To Top